VISUAL ART

 < Back / Retour
Bookmark and Share

La Terrasse 1 de Monory
par Pascale Baud

Monory traîne après lui certaines obsessions : celle du voyeur, celle d'être témoin de meutres étouffés dans le bleu, quelquefois même metteur en scène de sa propre mort.
Ici il y a la blancheur éclatante de la table de jardin, cible vue sur la tranche, comme une lame ou plutôt comme une balle en suspension, juste au-dessus du pistolet.
Redondance de la scénographie avec trois espaces parallèles et superposés celui du jardin, masse indistincte, celui de la terrasse presque vide, si ce n'est cette table déjà citée et enfin celui de l'espace intérieur délimité par le bord de la fenêtre qui se prolonge hors-champ. A l'intérieur se trouve une arme installée sur une sorte de trépied métallique parallélement à la fenêtre, le canon dirigée vers ce hors-champ. Tout est dans ce hors-champ...
Dans l'univers froid et bleu il y a cette lueur rose sur le socle comme un éclairage morbide ! Le tireur a-t-il déjà tiré, va t-il bientôt tirer ou a t-il renoncé ? Alors pourquoi le matériel est-t-il là en attente ? Est-ce un jeu ? Qui est la cible ? Mise en scène douteuse. L'observateur se met à douter de ce qu'il voit. Est-ce lui le tireur ? Peut-t-il simplement rester voyeur ? Où est finalement sa place, notre place ?

Pascale Baud - 22 février 2001



Jacques Monory
La terrasse 1, 1989
Huile sur toile, 160 x 150 cm